Le projet

don-quixote

Au départ il y a une vieille envie. Celle de se retrouver à plusieurs pour se raconter et vivre des histoires qu’on créerait ensemble.

Et on le ferait pour soi. Pour le plaisir de l’invention, pour le plaisir de l’interprétation et pour le plaisir d’être un conteur. Pour la liberté de jouer la comédie, de vivre et faire vivre des situations – comiques ou dramatiques – avec la liberté de ne pas avoir à le faire pour un public.

Pour tout cela, il existe un moyen privilégié : le jeu et précisément le jeu de rôles, le jeu narratif et le GN.

Le jeu de rôles

Le jeu de rôles (sur table) c’est la rencontre de plusieurs personnes où l’une est le meneur de jeu et les autres les joueurs.
Les joueurs incarnent un personnage dans le cadre d’un scénario qu’anime le meneur de jeu. Le jeu est un dialogue entre les participants. Les personnages ne sont pas incarnés physiquement.
Le récit se crée progressivement entre improvisation et éléments préparés à l’avance. Le hasard – à travers des mécanismes de jeu comme des tirages de dés – intervient à l’occasion et indique des directions au récit (cette action que je veux tenter réussit ou échoue).

Les jeux de rôles que je propose soit utilisent des règles très simples, soit sont joués sans règles.

Voir les articles de la catégorie ‘ jeu de rôles’.

Le jeu narratif

L’objet d’un jeu narratif c’est de créer une histoire par la parole.
On est entre le conte, le théâtre et le jeu de rôles sur table.
Les jeux narratifs sont très variés dans leurs formats et mécanismes et si certains sont très proches des jeux de rôles (en un sens, les jeux de rôles sont une catégorie particulière de jeu narratif), d’autres n’ont que peu à voir. Un point commun est la simplicité des règles.

Voir les articles de la catégorie ‘ jeux narratifs’.

Le GN

GN est l’abréviation de jeux de rôles Grandeur Nature.

A la différence des deux formes de jeux précédentes,  le GN utilise le corps. Il peut faire penser au théâtre sauf qu’on ne joue pas pour un public, mais pour soi et pour les autres participants.

Par rapport aux GN traditionnels qui intègrent fréquemment une composante « gamiste », les GN que j’organise mettent en avant le récit.
Ils sont de petit format. Le décor est souvent minimaliste, parfois abstrait, parfois juste évoqué à la manière de ce qui se fait au théâtre.
Et cette fois encore, les règles sont très simples.

Voir les articles de la catégorie ‘GN’.

Les jeux hybrides

Certains des jeux que je propose sont en fait des hybrides qui empruntent à plusieurs catégories.

Par exemple, Le Paradoxe de Caïn est un jeu de rôles sans règles où les joueurs interprètent physiquement leur personnage pendant les 3/4 de la partie. C’est donc aussi en partie un GN.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s